Le Théâtre des Cuisines, son Histoire

Le Théâtre des Cuisines est directement issu du mouvement féministe des années 1970, pour la reconnaissance des droits des femmes et la remise en question des rôles sociaux sexistes et discriminatoires.

Il a également été créé dans la mouvance artistique des créations collectives et de l’art dans et avec la communauté, ouvert aux approches toujours vivantes de l’art gestuel du masque et du clown.

Le 8 mars 2019, Journée internationale des femmes, le Théâtre des Cuisines fêtera ses 45 ans. Sa première création Nous aurons les enfants que nous voulons a été jouée le 8 mars 1974 devant 3000 personnes à Montréal, brisant le silence sur les questions urgentes de la contraception et de l’avortement. Véronique O’Leary, jeune comédienne et membre active du Centre des femmes, convainquait sept autres femmes de faire une pièce de théâtre sur ce sujet brûlant et tabou. Le Théâtre des Cuisines naîtra de ce désir de nommer que « la vie privée est politique », et que la transformation du monde ne saurait se faire sans la parole, le regard et les actions des femmes.

L’année suivante, en 1975, c’est une deuxième création, avec Môman travaille pas a trop d’ouvrage, sur le travail ménager/invisible, devenu un classique du théâtre féministe.
Ces deux premières pièces furent jouées dans plusieurs quartiers de Montréal et en tournée dans le Bas-du-Fleuve, la Gaspésie, la Côte-Nord. Toujours après la représentation, suivait une discussion avec le public, souvent très animée!
Puis, au travers de périodes de création, entrecoupées de périodes de silence, d’autres pièces et des interventions théâtrales furent présentées au public. Équipes stables durant une ou deux créations, puis contradictions, séparations…. histoire commune à bien des groupes populaires et culturels. Le Théâtre des Cuisines continuera avec d’autres femmes, de nouvelles équipes, passant de Montréal au Bas-St-Laurent, en 1990.

Plusieurs pièces seront jouées aux quatre coins du Québec. Les représentations ont très souvent lieu devant des publics qui ont peu ou pas accès au théâtre, soit en raison de l’éloignement géographique ou de l’éloignement social et culturel : dans des cafétérias de lieux de travail (ou en grève), d’écoles, dans des sous-sols d’églises de villes ou villages… et dans des théâtres.

Aller LÀ où sont les gens, dans leur communauté, c’est une de nos traditions et de nos joies.

Les principales autres créations qui ont voyagé:

  • 1980, As-tu vu les maisons s’emportent, sur la triple journée des femmes, le travail salarié, le travail à la maison et la responsabilité « émotive » des relations….
  • 1984 : Lecture-spectacle de Les Fées ont soif, de Denise Boucher, avec Pauline Julien, Luce Guilbeault, Katerine Mousseau, mise en scène de Christiane Raymond, lors de la venue du Pape Jean-Paul II à Montréal : une voix féministe s’élevant au sujet de la misogynie institutionnelle de l’Église.
  • 1985, Femmes de paroles bâillonnées, de Véronique O’Leary, avec Carmelle Lecompte, Magalie Marcelin, pour Amnistie internationale.
  • 1988, « Haïti racontée par les morts », « side-show » au Bread and Puppet Theatre, au Vermont, créé par l’Atelye de Port-au-Prince, Magalie Marcelin et le Théâtre des Cuisines.
  • 1989 : Si je n’étais pas partie- Alexandra David-Neel, de Solange Collin.
  • 1990 : La peur bleue et J’veux la paix de Véronique O’Leary
  • 1993-1996 : Trompe-la-peur blues , solo théâtral tragi-comique sur la peur et la violence vécues par les femmes et les enfants, de et par Véronique O’Leary, mise en scène de Suzanne Boisvert. Théâtre La Licorne à Montréal et tournée dans le Québec.
  • 2000 : Les décrocheurs de rêves, création avec les textes et le jeu de jeunes en voie de « raccrochage » scolaire et social, de l’école Le Grand Défi, à la Cathédrale de Rimouski, animée et mise en scène par Véronique O’Leary; conceptrice des éclairages, Manon Choinière.
  • 2004 : Les conflits, autour de l’Iphigénie d’Euripide, work-in-progress. Musée de Rimouski.
  • À travers cette démarche créatrice, furent formés par V.O’Leary, pendant plusieurs années, une relève de jeunes comédien-ne-s pour un théâtre d’intervention dans les communautés, particulièrement dans le Bas-du Fleuve.
  • 2007-2008 : recherche-création de Derrière les mots….flagrant dé-lire de deux clownes , démarche clownesco-théâtrale, d’un duo de femmes, avec Gin Bergeron et V.O’Leary.
  • 2008 : Contes-chanson-danse, spectacle de Brigitte Martin et V. O’Leary , à la « Nuit des Sans-abris », Rimouski.
  • 2010 : Debout sur la terre, spectacle pour la Soirée des Marcheuses, Marche mondiale des femmes à Rimouski, créé avec des femmes participant aux ateliers de création du Théâtre des Cuisines.
  • 2011 : Contes et musique au Cabaret du Forum social bas-laurentien, Esprit-Saint, par Véronique O’Leary.
  • 2011-2012 : Projet Debout sur la Terre, Création collective interdisciplinaire avec deux groupes de femmes, en collaboration avec le Centre-femmes de Rimouski.
  • 2012-2015: Le projet de formation d’une équipe d’artistes-clownes, dirigée par Véronique O’Leary, est arrivé à son terme à la fin du printemps 2015 avec la création de Ni clownes, ni femmes à Rimouski et à St-Camille au Festival international de masques.  La suite de cette aventure est maintenant entièrement reprise par les cinq artistes qui en deviennent ainsi les seules créatrices interprètes.
  • 2017-2018-2019: création de Devos à vous, de vous à Devos par Véronique O’Leary au CLAC, Maison de la culture de Mont-Joli, après la résidence de création à La Maison Avron en France. Avec Anne Bilodeau, au violon et mise en scène de Michèle Rochin. Aussi présenté au Bic, Buvette Mange-Grenouille et au Moulin du Bic, à l’été 2018.

Participer à créer un autre monde par l’art, ensemble

Également, dans l’esprit où chacune et chacun est créateur, les membres du Théâtre des Cuisines offrent des ateliers de création dans diverses communautés urbaines ou rurales, aux jeunes et aux moins jeunes. Ces ateliers permettent à celles et ceux,  non-professionnel.le.s  ou professionnel.le.s, qui y participent de découvrir le pouvoir et la richesse de créer ensemble et d’exprimer leur vision du monde par l’art. Ce sont aussi des lieux de partage, d’écoute, de solidarité et de pratiques pour qu’un autre monde soit possible.

2 commentaires pour Le Théâtre des Cuisines, son Histoire

  1. Nycole Paquin dit :

    Où puis-je acheter les textes ?

    • Nycole Paquin dit :

      Vous n’avez pas répondu à ma question: où puis-je me procurer (acheter) ces textes ? Entre autres : Nous aurons les enfants que nous voudrons. merci

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s